Année 2012

 

Enduro

>Enduro de Cancon; 30 Sept 2012 Suite...

>Un petit air de privilège. 14 Septembre 2012 Suite...

>Enduro de St Geniès; 15 Septembre 2012 Suite...

>Essai de la KTM 350 "FreeRide"; 6 Septembre 2012 Suite...

>Enduro de Peyrehorade; 3 Juin 2012. Suite...

>GS Trophy 2012; 28 Avril 1° Mai Suite...

>Enduro de Bonnat; 23 Mai 2012 Suite...

>Outil de saison; 16 Mai 2012 Suite...

>Antoine et Damien avec D.Frétigné;  03 Avril 2012 Suite...

>Des Poireaux bien gras; Enduro des poireaux – Dimanche 4 mars 2012. Qui a dit que le poireau était un légume vert peu calorique ? Après avoir vécu ce énième enduro des poireaux de l’intérieur, je peux vous dire que nos pilotes auront du en dépenser (des calories) tellement l’édition 2012 aura été grasse. Suite...

>Touquet presque en direct; 5 Février 2012...Suite...

>Rondes des sables par Melle X;  16 Janvier 2012: Suite...

 

Vie Asso

La dernière de l'année 2012. Suite...

Sortie club sur la Finale du Mondial d'Enduro 2012 à Brignoles. Suite...

Un Cap-Sudien diplômé en animation et formation moto Suite...

Essais de la yamaha 450 WRF 2012. Dimanche 12 Mai 2012 Suite...

La Petian; Dimanche 12 Mai 2012 Suite...

Essais de la gamme BMW Motorrad – 24 et 25/03/2012 Suite...

Cap-Sud partenaire de BMW pour les journées d'essais des 24 et 25 Mars. Suite...

Coup de main à l'écurie des Collines d'Arzacq;  3 et 4 Mars 2012. Suite...

Motoneige, 25 Février 2012 Suite...

Stage enduro du 19 Février 2012 Suite...

Iraty en raquettes; 12 Février 2012. Suite...

Roulage Sallespisse, 22 Janvier 2012 Suite...

 

Retour haut de page

Enduro de Cancon; 30 Sept 2012

Ce week-end ce déroulait l'enduro de Cancon, dernière épreuve de la ligue d'Aquitaine d'enduro.

Toute la petite équipe s'est retrouvée traditionnellement à la pizzeria le samedi midi! Un lieu devenu incontournable! L’humeur est au beau fixe on se remémore de bonne anecdotes!

L'après-midi est consacré au repérage des longues spéciales!!! En tout, plus de 5 h de marche bien moins jolie que nos GR dans nos pays!

La tendance est donnée: des soutiens-gorges qui trainent dans une spéciale, des culottes dans l'autre! Vas y avoir de l'ambiance dans les chemins! Toute notre petite troupe est bien fatiguée mais cela ne nous empêche pas de prendre un peu l'apéro suivis d'une bonne tranche de rigolade au restau du lac! On fait parler du pays, on chante, on rigole! Certains organismes sont mis à rude épreuve!!! Certains auraient ils oublié que demain il y a une course?

 

Le jour se lève, 9h15 de moto nous attendent, 3 spéciales par tour! Bref un enduro de Titan!!! Il manquerait plus que les temps soient serrés!!

Chacun prend le départ tour à tour, c'est moi qui ouvre! On découvre un tracé sinueux, usant, très sec! La spéciale un glisse néanmoins quelque peu!  Heureusement les temps sont larges, un bon 20 minutes pour se détendre, se ravitailler et aller boire un coup à la buvette!!! Ah non! Y en avait pas!!!

Un premier tour compliqué pour moi, trop de temps perdu pour espérer être dans le coup! Steph non plus n'est pas dans une forme olympique, peut être l'eau (de vie) du lac qui n'était pas encore digérée! Xav tel un métronome est constant! Il prend ses marques sur ce passage au 2 temps!

Math lui passé une bonne journée, il est même à l'heure à son départ!!!

 

Niveau résultat au scratch :

En ligue 1

Jean Mich 17

Moi 18

Xav 26

Steph 42

 

Un petit clin d'œil à Xav qui fini champion de ligue Aquitaine en vétéran!!! Bravo à toi malgré un début de saison compliqué!!!

Pour ma part je finis 3 ème en junior, et second en E1!

Une bonne saison avec un nouvel encadrement, et plein de rebondissement!

Je tiens à remercier Damien Collard qui m'a entrainé tout l'hiver, au team enduro aquitaine qui m'a permis de faire ma saison dans de bonnes conditions, tous nos partenaires qui ont eu confiance eu nous, la concession Igoa MOTO qui ma encore une fois accordé sa confiance, Mr Augelet du magasin Briconaute qui ma aidé tout au long de la saison et qui ma donné des grosses infrastructures, la sarl Carrau et mon patron Philippe qui m'aide toujours autant!!

Un grand merci aussi à Greg mon mecano perso qui m'a assisté tout au long de l'année, ma famille, Laura ma copine qui m'a toujours supporté et bien sûr le Moto-Club Cap Sud qui me soutient depuis de nombreuses années!!!

Nous sommes déjà tournés vers l'année prochaine: L'année du changement!!!

 

Antoine

 

Retour haut de page

Un petit air de privilège. 14 Septembre 2012

La réflexion de Dominique à la fin de cette journée de rando est certainement juste. Sans être une espèce en voie de disparition, la sortie en montagne commence à devenir difficile, que ce soit sur des pistes ouvertes aux ayant-droit et à plus forte raison en dehors des traces que sont habilités à interpréter les agents assermentés susceptibles de se trouver sur votre passage avec un carnet à souche. Je ne le sais que trop bien puisque c'est une large partie de mon quotidien professionnel (voir rubrique Natura 2000) mais mon petit réseau permet d'envisager les choses plus sereinement, sans non plus tirer outrageusement partie de la situation.

Au programme de cette sortie Ossaloise, la suite et la fin des relevés GPS, photos et prises de notes pour le topoguide des tracés VTT du programme de randonnées porté par la communauté de communes. Entamé au début de l'été, le menu était assez copieux. Traduit en chiffres, ça donne ceci: 15 tracés, 200km de pistes et 10 000 m de dénivelé positif.

Et c'est du costaud! A l'exception de quelques boucles de plaine de caractère plus familial, pour la plupart des itinéraires, ça va de dur à très dur… Des montées en lacets par des pistes forestières pour rejoindre les pâturages et descendre en trace directe entre les arbres, des paysages splendides mais qui se méritent à la force du mollet, et surtout des descentes nécessitant un matériel spécifique, des protections adéquates, un niveau de pilotage aussi au point que la condition physique, et un gros coeur par endroit...

Donc, depuis Juin, c'est plutôt à pied avec mon collaborateur à 4 pattes que je sillonne les tracés pour les relever précisément sur le GPS (on fait un bouquin avec des documents précis quand même), matériel photo sur le dos et dictaphone à la main. Mais j'ai prémédité mon action, gardé le meilleur pour la fin et investi dans un outil de travail spécifique pour terminer la mission… Dernière ligne (presque) droite: 3 tracés pour 4000m de dénivelé, moins de randonneurs qu'en été, moins de troupeaux, autorisation pour terminer en moto sur une journée et 250 EXC-F presque neuve à tester hors du jardin. Je pratiquais l'exercice en solo sur un 400 LC4 mais là, on joue la prudence en partant à 3, Fred et Domi m'accompagnant pour l'occasion en me donnant un bon coup de main pour décrypter sur le terrain une base de tracé GPS faite sur PC plutôt que sur site. Des incohérences, des décalages de 40 à 150m dans des secteurs où il ne faut pas accumuler les erreurs… Bref, il valait mieux être en petite équipe qu'isolé là-haut.

Départ du plateau du Bénou pour monter vers le Mailh Massibé, je fais le point sur place avec les organisateurs de la course VTT pour être sûr de ne croiser personne dans une descente, on se renseigne aimablement auprès des chasseurs pour savoir si la battue est terminée, j'explique systématiquement aux randonneurs en français et en espagnol qu'on est désolé de leur gâcher le silence mais que contrairement aux apparences, on est aussi un peu en train de travailler, on rassure les éleveurs en disant qu'on a bien refermé les clôtures, on contourne les troupeaux du col de Louvie qui sont sur des estives brulées par le soleil… Résultat, pas de regards ou de gestes hostiles, quelques sourires et plaisanteries au col de Louvie pour savoir si on peut rebrousser chemin pour monter leurs sacs à dos, un chasseur-charpentier qui nous appellent du haut du toit de la grange qu'il répare avec ses copains pour nous prévenir que les Gardes tournent sur telle ou telle piste…

Casse-croute au col d'Aubisque que nous atteignons par la piste sous des regards surpris. Les 3 KTM se reposent non loin des trails et autres routières arrivées par le Soulor. Puis on reprend la descente vers la vallée en trace presque directe, avec un détour par le col d'Agnourès et une plongée vertigineuse dans le bois de Peyraube. Slalom spécial à 25% de pente sur 250m de dénivelé…

Retour au point de départ après 85km dans la journée. Pas de chronos, juste du bon temps sous un ciel sans nuage et d'exceptionnelles conditions de terrain.

Ma mission "travail" est finie avec la complicité de Fred et Domi dont la question, dans le contexte actuel, reste encore sans réponse: "Est ce qu'on aura encore l'occasion de refaire cette rando un jour?"

Philippe H

 

Retour haut de page

Enduro de St Geniès; 15 Septembre 2012.

 

Bonjour à tous :

Le weed-end dernier, s'est déroulé l'avant dernière épreuve du championnat de ligue d'Aquitaine d'enduro en Dordogne (St Génies)

Un super weed-end que j'ai partagé avec Xav, Mathieu et mon frère qui nous a fait l'assistance

Le beau temps était au rendez-vous et trois belles spéciales banderollées était tracées avec une liaison assez technique

Rendez-vous le 30 Septembre 2012 pour la finale à Cancon

 

Ligue 1 scrath :

Arrachou stéphane 35éme

Pédérencino xavier 29 ème

Ipuy antoine 19ème

Ithurburu jean michel 20 éme

 

Ligue 2 scrath

Caldumbide 37 ème

Galot 68 ème

Messen mathieu 71 ème

stephane

Retour haut de page

Enduro de Peyrehorade; 3 Juin 2012

 

Dimanche s'est déroulé l'enduro de Peyrehorade, 2ème épreuve du championnat d'Aquitaine. 3 boucles de 60 kms avec 2 spéciales et à nouveau la pluie au rendez vous.

Comme pilote Cap Sud Antoine Ipuy, Jean Mi Ithurburu, le Prez, Mathieu Messen, Stephane Arrachou, Vincent Perssillon, Xav Pederencino, Olivier Caldumbide, Cristian Gallot, christophe Barit et Christophe Gareste et pour l'assistance Mme Péderencino et Arrachou.

En Ligue1:

Antoine fini 4èmè au scratch et 2ème en Junior et E1.

JM.Ithurburu 6ème au scratch et 3ème en E2.

S.Arrachou 21 au scratch et 3ème en E1.

 

En ligue 2

M.Messen 31 ème au  scratch et 4ème en Vétéran

C.Gallot 6ème en Super Vet

Après ces belles performances, prochain rendez-vous à Monein le 1 Juillet pour la 3ème épreuves et pour d'autres le 7 Juillet pour l'endurance de Guiche.

 

A+ Damien

         

Retour haut de page

GS Trophy 2012; 28 Avril 1° Mai

Les années se suivent mais ne se ressemblent pas, le GS Trophy 2012 répond bien à cet adage.

Direction le château de Massillan en solo dans le Boxer infatigable avec deux GS d’une cylindrée de 800 cm3 mais pas n’importe quelles GS, la GS 800 millésime 2012 du boss de la concession BMW de Rouen et la 80 GS avec 22 années de moins plus mais qui a fait des émules au GS Trophy 2012.

Je suis parti ce samedi matin un peu à l’arrache, suite à une semaine de boulot bien chargée et en prime + de 1000 km en 1200 GS durant 3 journées de déplacement professionnels sur PARIS. Arrivée à 13h30, le château de Massillan se profile au travers des vignes, et au pied de l’Arche gonflable du GS Days j’aperçois notre mécanicien d’assistance Denis qui a migré depuis quelques mois et définitivement dans la région du Ventoux. Première épreuve, installation du bivouac sur une aire plutôt empierrée nous n’avons pas le choix c’est la seule parcelle disponible. Quelques retrouvailles d’anciens finalistes du GS Trophy 2011, et surtout beaucoup de nouvelles têtes au nouveau cru de 2012. La première nuit fut bien agitée avec des conditions climatiques orageuses, accompagnées de fortes rafales de vent…mais rien de tout ça n’a pu entamer notre moral d’acier.

1er jour- histoire de cartons

Lors de la première zone notre novice Roland ne récupère pas son carton de pointage au PC de course, conclusion demi-tour au PC et nous retournons sur la zone pour 10 tours devant le public du GS Days qui sera présent durant ce WE.

Les spéciales s’enchaînent avec des attentes en inter zones, au vu de ces bouchons les organisateurs décident de réduire le nombre de tours de quelques spéciales afin d’optimiser la fluidité des flats.

Les temps d’attentes un peu longuets, nous décidons de partir sur l’épreuve du road book en début d’après midi. Il fait beau et chaud, alors zou vers les vignobles du Côte du Rhône. Je suis impatient de tester mon dérouleur de road book tout électrique et de l’Imo embarqués sur le 80 GS, les premiers km sont hésitants puis, l’habitude prise, la navigation est un plaisir.

Mais lors de la recherche d’un indice sur le parcours, je cherche mon carton pour vérifier la définition et la c’est la misère, le carton a disparu, envolé….les pointages de la journée se sont volatisés en une fraction de seconde !!

De ce fait je continue avec Roland qui lui a son carton (le même carton qui lui a fait défaut en début de matinée) à chercher le fameux indice. Une demi-heure voire plus, toujours pas d’indice nous décidons de continuer la trace. Le temps qui est imparti est très très… juste pour respecter la barrière horaire. Nous arrivons au dernier contrôle PC, mais il n’y a personne pour nous pointer !!

Arrivés au bivouac nous écopons de 1h30 de pénalités plus le carton perdu = je suis à découvert et éliminé pour le classement de la journée. Après quelques arrangements à l’amiable Yvon le boss de Touratech me gratifie d’un nouveau carton de pointage tout neuf pour le lendemain.

 

2èmejour- histoire de chutes

Le départ se fait dans la fraîcheur humide de la météo capricieuse en ce WE, nous prenons les épreuves une à une sans attente particulière. Le terrain est gras, de temps à autre une averse vient pigmenter le terrain de jeux qui se transforme rapidement en bourbier. Les premiers tours de quelques zones sont ponctués généralement d’une chute, histoire de bien lire le terrain…

Les spéciales s’enchaînent à un rythme soutenu, et jusqu'à la dernière heure avant la barrière horaire nous nous retrouvons dans la zone la plus sévère dite l’Erzberg. Seul un 4 x 4 aux vitres embués est stationné sur la zone, les quatre gars sortent et essaient de nous convaincre de faire demi-tour en prétextant que des pilotes se sont mis au tas plusieurs fois dans ce bourbier qui ne s’arrange pas au fil des heures. Nous insistons et nous partons pour un soit disant tour de reconnaissance qui sera le 1er tour et qui s’enchaînera de façon non stop jusqu’au 10ème tour devant les visages médusés de notre comité d’accueil.

Nous repartons comme des héros vers le château de Massillan, pile poil dans les temps de la barrière horaire sans cette fichue dérobade de la roue avant de la 80 GS sur un passage piétons qui m’envoie en glissade sur la voie opposée. Ouf ! Plus de peur que de mal j’enfourche ma monture et nous rejoignons l’arrivée dans les temps avec le stress de la chaussée humide du fait de pneus Mitas qui grippent bien dans le gras mais ont un comportement de vraies savonnettes sur le bitume.

Malgré notre descente au fin fond du classement (dur dur …quand on a vécu l’ère des finalistes…), nous nous sommes bien marrés et nous remettrons peut être ce GS Trophy 2013 en jeu mais sûrement sous un autre angle d’attaque et de préparation.

Cette manifestation sportive se veut conviviale et sans épreuves chronométrées, mais par la force des choses la nature humaine confrontée à elle-même transforme ces épreuves de GS Trophy en compétition avec des objectifs clairement définis dès le départ des épreuves.

C’est une vraie course avec un carton de pointage, des épreuves techniques chronométrées, une barrière horaire et un classement. J’ai l’impression d’avoir vécu cela durant des épreuves d’enduro….autrefois.

Le WE se termine dans un gîte exceptionnel face au Mont Ventoux avec la famille de la mère Denis qui nous à permis de retrouver des lits douillés et une vraie salle de bains raccordée en eau chaude +38°C !!! et je vous dis pas de la vraie cuvette WC Jacob & Delafon.

 

 

Remerciements :

Une bise à Roland pour m’avoir supporté durant ces épreuves,

Une bise à Denis pour son assistance technique,

Un bisou à Sylvie pour son accueil et la soirée gastronomique au pied du Ventoux,

Une bise à Thierry pour son rôle de supporter,

Un bisou à Patricia pour son rôle de photographe,

Une pensée à Sébastien qui n’a pas pu participé à cette édition du GS Trophy,

 

Christian

 

PS

Rien à voir mais quel bonheur d’emmener sa grande fille à la mairie

les 2 dernières photos, journée exceptionnelle pour un papa qui marie sa grande fille dans la campagne luxurieuse de la baie du Mont Saint Michel, je précise le Mont Saint Michel appartient aux Normands et non aux Bretons, reste deux petites fifilles à marier !!

 

Retour haut de page

Enduro de Bonnat; 23 Mai 2012

 

Article de Xav

Compte rendu de l’enduro de Bonnat

 

Merde c’est loin Bonnat !!!!!!! Quelle idée d’aller nous mettre un enduro du ligue là-bas au fin fond de la Corrèze.

M’enfin pas grave, nous nous sommes préparés comme il se doit avec tout ce qu’il faut pour faire un grand voyage  comme : le gîte, le duvet, la glacière avec une bouteille de rosé, de rouge, pas plus de six binouses, un décapsuleur, des chips, des cacahuètes, des conneries à raconter, une moto propre, une tenue de moto jamais servie, du courage, de la volonté, bref vraiment tout ce qu’il faut…………….

 

Merde il pleut, je viens de décoller de la maison et j’ai oublié le K-way, ouais celui qui est à coté de la belle mère rangé avec la corde dans le garage.

 

Pas grave je m’en fous, je suis enduriste et puis faut dire que ce ne sera pas la dernière fois que l’on va rouler dans de mauvaises conditions.

 

Mauvaises conditions ????????? C’était po prévu ca !!!!!!!! et ben voilà, 5 heures de route  + trois points en moins me voilà arrivé pile poil au rendez vous du vendredi soir à 18h01 pour me récupérer les clefs du gîte chez la gourde (dame) qui braille grave car elle attend mon arrivée depuis 12h. Je ne savais pas que les offices du tourisme fermaient à 12h !! Toujours est-il que j’ai ma clef et que le site est merveilleux. Un petit gîte de rêve au bord d’un lac adulé par bon nombre de pêcheurs à la ligne, avec juste ce qu’il faut de magique pour demander en mariage la première vache laitière du coin……..

 

Peu de temps après cet instant bucolique voilà que je m’installe dans mon château en sortant la glacière de suite, histoire de voir si Janine kro et martine grim sont pas trop secouées et que vois-je ?? Là au fond de cette glacière ????  Une bonne boite de ravioli flambant neuve qui n’attend qu’une chose c’est de passer à la casserole, oups, au micro ondes.

Je me suis régalé, putin que c’est bon les vacances en Corrèze.

 

Allez allez, soyons sérieux, nous ne sommes pas ici que pour cela, demain il y a reco des spéciales alors direction le lit et dodo, d’autant plus que demain matin la chouette famille Arrachou doit m’arriver aux aurores pour m’accompagner dans ces folles recos.

 

Samedi matin : réveil pas trop difficile, la béquille tendue me voilà donc frais dispo pour enfin en découdre avec mes baskets dans les chemins Corréziens, donc direction vite fait à Bonnat à presque 9h30 et là grosse rencontre car la famille Ipuy au complet ainsi que la famille Ithurburu étaient présentes avec les mêmes envies sportives que moi, voir certainement plus motivées s’est sûr…..

Pas de temps à perdre, on regarde le plan sur l’arrêté préfectoral et on file s’infuser quelques km de recos par un temps bien agréable puisque la pluie ne s’était pas invitée ce matin là.

 

Hop !! vite fait avant d’arriver dans la spéciale en ligne je passe un coup de fil à Steph et Mathieu voir ou ils en sont…

Allo Steph !! Ca roule vieux ? ……Quoi tu es encore dans les bouchons ??? A Bordeaux ??? Ouaille, t’arrives pas avant 15h ???? Bon ok ma poule bon courage ca ne fait que 5 heures que tu es parti et il t’en reste encore à faire ……………

 

Allo Mathieu !! Ca gaz ?? T’es ou, t’es sur la route ?? Quoi tu te lèves ?? Ben il est tard choupi, et tu es encore au café ?? Bon ok ben arrives quand tu peux. A toute.

Pas démoralisé, me voilà partis voir les spéciales avec les présents de la troupe CAP-SUD.

 

 

 

Un Point sur les spéciales :

 

La spéciale en ligne : petit briefing en entrée de la ligne très clair, tu vois l’ornière sous tes pieds, c’est très simple, tu rentres dedans, tu sors la jambe droite, tu écartes la gauche, tu gueules comme un sanglier et normalement si tu te mets pas la façade par terre, tu devrais sortir un temps comme moi pas trop loin du ridicule « oxi » complet et les bras comme des guitares.

 

La banderolée : Et bien contre toute attente, cette spéciale était fort belle. Un départ sur un terrain de quad amélioré avec quelques sauts à plat de type table, des parties rapides et larges dans la forêt, agrémentée par de belles courbes à l’altimétrie variable dans l’herbe ou autour des arbres, bref vous l’aviez bien compris, j’aime bien çaJ.

 

Samedi aprèm :

Après avoir marché correctement dans les spéciales et après avoir fait un gros gueuleton de type  pic-nic dans les champs, me voilà partis retrouver Mathieu enfin arrivé à Bonnat pour passer le contrôle technique et administratif.

Pffff, ma moto va-t-elle passer au contrôle technique ????????? Z’ont l’air sérieux ici, le gars qui contrôle les casques fait même tomber sa cendre de cigarillos dans mon couvre-chef et en passant il sent presque la binouze, et la « Grim » en plus….M’enfin bon c’est po grave la moto passe, il y a juste le kit déco un peu décollé et le gars me dit que ca peut blesser monsieur otruie. !!! Z’ont trop sérieux dans la Corrèze.

 

Steph arrive enfin, tard dans l’après-midi mais décidé à en découdre avec le cigarillos et son pote. Attends, tu m’étonnes, trente heure de route pour arriver à BONNAT ca énerve un Arrachou ca !!!!!!!! D’autant qu’il n’est pas seul car sa belle Marie-Pierre et son cher frère Claude ont eux aussi fait la route pour …………..nous supporter et assumer le dur rôle de l’assistant d’enduriste sale, ronchon, en retard au pointage, lui faire le plein, lui donner à manger (même si il a bouffé de la boue sur 80 bornes), lui dire qu’il est bon et qu’il va gagner, enfin des trucs de dingues quoi. BRAVO à  Marie-Pierre, à Dany, à  Claude pour votre patience et votre gentillesse, car ce qui va suivre n’est pas gay, enfin disons que le dimanche n’était pas fait pour les grhommonichons.

 

Dimanche :

 

Il a plu toute la nuit et je doute que la journée soit bien mieux, mais bon il faut se résoudre à se lever et si possible s’aligner A L’HEURE (Mathieu) au départ du dit enduro de Bonnat.

Jusque là c’est pas compliqué, nous voilà même partis chaud comme la braise et tendus comme des string sur la ligne de départ, il faut dire que la veille (Mathieu, Steph et moi avons pris bien soins de noter les heures de CH sur nos différents supports de la moto, ben oui si tu fais po ca, ben tu pointes po à l’heure Mathieu.

Hi Hi Hi, MDR « Math » t’es resté à l’heure d’hiver ma poupoule ???? Ce n’est pas à 11h ton départ mais plutôt 10h……………….. 

 

Oui je sais je suis moqueur, mais je t’assure « Math », ne change rien t’es trop cool !!

 

Enfin, n’oublions pas non plus, que nous étions quand même partis (nous), pour trois boucles de 80km à travers monts et bourbiers, au-delà des ornières sinueuses pour tenter d’effondrer la minute du chrono.

Rien ni à fait, je pense et peut être pour tous, que nous avons subi gravement la loi Corrézienne et surtout les intempéries, car la pluie de la nuit n’a vraiment rien arrangé.

 

Au bilan, que s’est il passé ?

 

Pour Mathieu : tout s’est bien passé, et je pense que ton surnom sera « lucky luke math » l’homme qui tire une heure après le CH !! désolé ma poule, je te nargue et j’espère que tu te remboursera sur mon compte dès que tu auras l’occasion.

 

Pour Steph : un tour ok, la moitié d’un autre ca va !! mais avec six minutes de retard sur le temps imposé, le deuxième tour est un arrêt définitif aux stands avec trop de retard à pointer, dommage mais il faut dire que le beau chevalier a tout tenter pour résister à la Corrèze.

 

Pour Moi : Pffff ma fierté me dirait de dire que tout c’est bien passé, mais rien de tout cela n’est vrai.

Je me suis mis dans le rouge dès le premier tour en tentant de résister au mieux à tout cela et en pointant à l’heure. Seulement, dans le deuxième tour, après avoir difficilement accédé à la spéciale en ligne, j’ai compris que rien ne serait pareil et qu’il faudrait lutter pour garder sa place, son temps et sa concentration.

Rien ne fut, et quand bien même mon hémorragie physique ou alors mon agonie j’ai tout mis en œuvre pour reprendre le temps perdu lors de l’attente d’entrée en spéciale. Et là soudainement, alors que je longeais une piste large à fond de « cinq », espèce de chien misérable s’est faufilé sous ma roue avant et ma satellisé copieusement.

Pour les J.O j’avais ma place, car en saut en longueur j’ai tout battu même l’autre désarticulé de Jamaïcain Ussen Bolt truc bidule, bref c’est l’abandon en plein milieu de rien du tout et fortement désoeuvré.

 

 

Au bilan il ne restait qu’Antoine, Jean-mich et Max pour assurer la prestation et bravo à eux car ils n’ont pas failli à la tache, ce qui n’était pas simple pour eux non plus.

 

Et puis, il y a Cauneille ce dimanche qui arrive, alors nous allons essayer de nous rattraper un peu et  faire meilleure figure.

 

Ps : Je récolte des fonds pour offrir une montre avec l’heure d’été à Math et un GPS pour Stef, faites vos dons au 0800 526 526.  Merci.

 

@ plus. ;). Xav

 

Article de Stéphane

Le week-end dernier, s'est déroulée la 1 ère épreuve du championnat d'aquitaine d'enduro à Bonnat dans la Creuse.

Eh oui bien loin de nos terres d'Aquitaine.

Après 6h de route sous la pluie et un moral pas au plus haut, nous nous rejoignons à Bonnat. De notre coté une petite poignée de capsudiens (Antoine, Jean-mi,  Mathieu, Xav et Steph) pour des reconnaissances et au programme une petite banderolée avec quelques jolis sauts et des portions rapides dans un sous bois, une piste pas très large avec des ornières.

Après tous nos devoirs, nous nous retrouvons  dans un gite, pour ma part avec Xav, Mathieu, mon frère (Claude) et Marie-Pierre.

 

Le temps d'échanger quelques anecdotes devant une bonne bière au caramel, et le moment est venu de faire un bon barbecue avec bien sûr des PATES...

Le dimanche matin, la pluie est au rendez-vous et elle est tombée toute la nuit ce qui  va rendre le tracé plus délicat.

 

La liaison se passe bien mais avec des temps très serrés, beaucoup d'ornières et des trous d'eau.

 

La spéciale banderolée se faisait sur des oeufs car elle était devenue glissante et la ligne était un peu béraute avec une mono trace du début à la fin.

 

Pour ma part, j'ai dû abandonner à la fin du 2 ème tour à cause d'un moteur noyé et d'une surchauffe.

Xav a dû aussi abandonné à cause d'une collision fatale avec un chien; Le temps de faire le constat et de remettre la moto en état, la course était cuite.

Antoine fini à la 33 ème place scratch et 4 ème en E1 Aquitaine.

Jean-mi fini à la 14 ème place scratch et 4 ème en E2 Aquitaine.

Quant à Mathieu, surmotivé qui a pris un départ sur les chapeaux de ronces comme en motocross à dû abandonner aussi sur des problèmes d'injection.

Ainsi se termine ce bon weed end entre amis avec un bon coup de moto comme on aime si bien et tout cela dans une ambiance chaleureuse. Merci à Marie-Pierre et Claude pour m'avoir accompagné tout le long de ce week-end, et rendez-vous au 3 juin pour l'enduro de Cauneille.

steph

 

 

Article de Damien

Un petit mot, 2 jours après le 1er enduro du championnat d'Aquitaine a Bonnat, qui fût une longue journée. Un tracé sans grosses difficultés, mais qui avec la pluie tombé durant la nuit s'est très vite dégradé, ornière, bourbier et temps serré était au programme.
Antoine fini 4éme en E1, avec une surprise de voir qu'il avait 8 min de pénalité le lundi matin (quelques soucis dans l'attribution des pénalités).
Mathieu croisée en chemin abandonne sur problème mécanique.
JM Ithurburu termine 4ème en E2.
S.Arrachou et X.Pederencino abandon. 

Damien


 

 

Retour haut de page

Outil de saison; 16 Mai 2012

La toute nouvelle monture d'Antoine Ipuy pour la saison 2012. On attend à ce qu'elle brille autant sur la piste et les podiums que dans le jardin...

Retour haut de page

Antoine et Damien avec D.Frétigné
C'est fait, Antoine vient de terminer sa préparation hivernale avec l'équipe Espoir Enduro Aquitaine à St Géniès. A cette occasion D.Frétigné est venu le Samedi pour partager son expérience.
Une trés belle occasion pour Antoine de partager et de profiter des conseils d'un pilote 3x champion du Monde par équipe.
Prochain rendez vous pour Antoine le 29 Avril pour l'ouverture du championnat de d'Aquitaine à Licq (64).
 
Cordialement Antoine et Damien
Plus de photos sur le site du team
http://equipeenduroaquitaine.blog4ever.com

 

 

 

 

Retour haut de page

DES POIREAUX BIEN GRAS

Enduro des poireaux – Dimanche 4 mars 2012

 

Qui a dit que le poireau était un légume vert peu calorique ? Après avoir vécu ce énième enduro des poireaux de l’intérieur, je peux vous dire que nos pilotes auront du en dépenser (des calories) tellement l’édition 2012 aura été grasse. De quoi même la rendre indigeste pour quelques-uns d’entre eux ! Il faut dire qu’avec une trentaine de pilotes engagés et presque autant dans les camions d’assistance, il fallait bien s’attendre à un peu de « déchet » !

 Classement Poireaux 2012

 

Galerie Photos (Merci à Sophie, Damien, Stéphane)

 

Les 119 photos de Sophie

 

La matinée commence plutôt bien même si à 6H00 du matin il est difficile de voir l’état du ciel. Pas d’étoiles mais il ne pleut pas. Les étoiles, elles sont sur le parking Aïretik de Saint-Palais avec nos pilotes qui brillent de milles feux dans leurs habits de lumière version 2012. Une belle brochette de capsudiens qui posent pour la traditionnelle photo de famille sous un ciel nuageux mais clément pour l’instant. Il y a des poireaux notoires qui viennent faire leur unique compétition annuelle, des top-pilotes qui jouent la gagne et beaucoup d’amateurs plus ou moins éclairés mais il y a un point commun entre tous : La bonne humeur ! Le temps de récupérer les petites affaires de tout ce beau monde dans les camions d’assistance et nous voilà partis vers le premier ravitaillement proche de Mauléon.

 

Le stand du moto club CAP-SUD trône fièrement contre celle de l’équipe Enduro de la Ligue coachée par notre BE Damien et dont Antoine IPUY fait partie. Les tapis environnementaux sont en place, les jerricans de carburant bien alignés et César prend même le temps de faire une petite beauté à notre tente. Les pilotes du moto-club défilent un à un et nous racontent leur première spéciale ou la liaison mais une mauvaise nouvelle retient notre attention : Le Prez serait tombé lourdement… Le temps passe et les pilotes défilent et toujours pas de Gilou qui arrive enfin à petit rythme. Il s’est fait une grosse frayeur en chutant par l’avant dans un chemin roulant sans difficulté. La carrosserie est bien rayée mais nos infirmières de choc sont là (voir la BD !) pour s’occuper du pilote pendant que nous nous occupons de la moto.

 

Tout le monde est reparti tant bien que mal sous les premières goutes de pluie. Le temps pour nous de faire la route jusqu’à Saint-Just Ibarre pour aller sur la célèbre spéciale « choco » et nous retrouvons Dave qui, égal à lui-même, est parti devant pour se frotter aux cadors de la discipline. La spéciale est toujours aussi impressionnante avec ses grandes montées et descentes mais, apparemment, certains passages en liaison étaient aussi délicats et une deuxième victime capsudienne est à déplorer puisque que nous apprenons que Jean-Pierre IPUY a lourdement chuté et regagne Saint-Palais par la route. La pluie maintenant persistante n’arrange pas les choses et la spéciale plutôt facile pour les premiers pilotes se transforme vite en calvaire pour les poireaux qui restent bien plantés !

 

Nous voilà au col de Gamia et son célèbre restaurant où nos pilotes vont se restaurer et s’abriter de la pluie et du vent qui se sont installés sur les montagnes Basques. Mais le régime n’est pas le même pour tous et les assistant(e)s devront se satisfaire d’un pique-nique improvisé dans une bergerie toute proche. Peu importe, même si nous ne mangeons pas chaud, l’ambiance est au beau fixe et rien ne manque sur notre buffet, même pas le café chaud ! Seule une mauvaise nouvelle vient gâcher un peu l’ambiance avec notre ami Jean-Pierre dont on apprend que sa chute de ce matin lui a coûté une épaule cassée… Le temps ne s’arrange pas et quelques uns de nos pilotes ont bien du mal à repartir dans le froid et la boue.

 

Le temps de lever le camp et de rejoindre Saint-Palais que nous arrivons juste pour voir nos top-pilotes s’attaquer à la SP3 et notamment la partie franchissement en fin de tracé. Les Jean-Michel, Antoine, Xav ou Dave la parcourent sans difficulté et même avec panache et dextérité pour certains d’entre eux mais derrière ça se gâte vite et nous assistons à quelques figures de style à faire pâlir Travis PASTRANA ! Malheureusement pour notre Prez, un joli salto avant avec double boucle piqué sur la partie goudron de la spéciale sonnera le gong de fin d’un poireau à oublier bien vite et qui se finira dans l’ambulance de la Croix Rouge. Heureusement, plus de peur que de mal pour Gilou qui sera bien vite réconforté par sa femme et ses enfants venus l’encourager. J’aurai pour ma part l’occasion de terminer ma journée d’assistant au guidon de la KTM présidentielle pour parcourir les derniers kilomètres.

 

Comme tout bon enduro, c’est après avoir bouclé la boucle que toute l’équipe se retrouve à Saint-Palais pour partager quelques anecdotes et quelques bières. Tout le monde et là, avec parfois un bras en écharpe ou une démarche d’octogénaire mais avec le sourire et la promesse d’y revenir. Les premiers résultats tombent et une fois de plus les pilotes capsudiens sont loin d’être ridicules et même dans le haut du tableau pour certains d’entre eux avec, à tout seigneur, tout honneur, Jean-Michel ITHURBURU qui accroche une belle 11ème place d’une course plutôt relevée. Au final, c’est encore un superbe début de saison sportive pour le moto-club CAP-SUD qui malgré ses 14 ans d’âge, a tout d’un jeune poireau bien vert : vigueur et panache !

GG

Classement Poireaux 2012

 

Galerie Photos (Merci à Sophie, Damien, Stéphane)

Les 119 photos de Sophie

Retour haut de page

Touquet presque en direct; 5 Février 2012...

Retour haut de page

Rondes des sables par Melle X; 16 Janvier 2012:

 

Bonjour à vous amis Capsudistes!

Avant toute chose, Melle X et M'sieur 69 vous présentent leurs meilleurs voeux pour cette nouvelle année!!!

Pour bien la commencer, cette nouvelle année, c'est sous un froid glacial, digne du pôle Nord, que s'est déroulée la Ronde des Sables ce dimanche 15 janvier à Hossegor.

 

Ma version 2012:

Un seul mot pour la décrire brièvement: INSOLITE.

"Pourquoi?", me demanderez-vous.

"Parce que.", vous répondrai-je.

 

PARCE QUE...

M'sieur 69, hésitant sur sa participation à cette course, s'est décidé assez tardivement je dois dire. C'est seulement une fois inscrit sur la longue liste des coureurs qu'il s'est mis à l'entraînement... donc, à quinze malheureux petits jours de la course.

X: "Pfffffffff... Mais c'est nul! T'avances pas!"

Je vous parais dure là??!!

Hey, mais c'est ça d'être moto-coach personnelle!!! Il faut le mater le pilote!

Moto-coach personnelle... mouais, j'ai sûrement râté le cours primordial durant ma formation: celui de l'apprentissage au pilote à devenir discipliné.

 

Dimanche matin, tout semblait fin prêt pour le départ vers Hossegor... la monture était chargée dans le camion, l'équipement du pilote aussi, le nécessaire pour le ravitaillement aussi, la caisse à outils aussi...

X: "Tu n'as rien oublié mon chéri?"

69: "Non, tout est prêt et chargé! Nikel, ça roule!"

 

10H30:

69: "Carole, t'as pas vu mes bottes???... Oh merde, je les ai laissées à côté de la chaudière! Tu vas les chercher à la maison ma chérie? C'est bon, tu as le temps le départ est à 12H00."

Il est gentil vous trouvez pas?!

X: "Tu fais chier David Gaits!!!"

 

11H15:

69: "Tu t'es trompée de bottes!... lol, c'est une blague!"

X: "Hihihi, t'as mangé un clown ce matin? Tu fais chier David Gaits!!!"

 

11H20:

X: "Où sont tes gants et tes masques de rechange?"

69: "T'inquiète! Tout est déjà en bas dans les stands."

 

12Het des brouettes: 1er tour: 1er arrêt au stand.

X: "David, où as-tu mis tes gants et tes masques?"

69: "Bein là, dans le sac noir!"

X: "Non, il n'y a rien!"

69: "Je les ai oublié dans le camion alors!"

X: "Ooooh, tu fais chier David Gaits!!!! Grrrrrr!!!!"

 

12Het des brouettes++: 2ème tour

X: "Oh putain, il arrive en moon-walk, il a un problème..."

C'est la panne…

Tic-tac-tic-tac, le chrono tourne.

Mais SUPER 69 et ses doigts de fée sont là!!!

C'est reparti mon kiki!!!

 

Le numéro 336 surfe sur la vague!!!

14H30: c'est l'arrivée.

C'est sous un froid glacial, digne du pôle Nord, que s'est terminée la Ronde des Sables ce dimanche 15 janvier à Hossegor.

 

Je tiens à remercier d'une part mon chéri m'sieur 69 pour cette vibrante journée et d'autre part Don Jefe Javier de la Vega et mon Papounet pour leur précieuse assistance.

 

Petit message perso à toi futur "moto-coach personnel":

Surtout, ne sèche aucun cours! Sinon, c'est toi qui cours!

Melle X

 

Retour haut de page

Compte rendu de la dernière de l’année.

C’est maintenant devenu une tradition aussi attendue que Noel,  la dernière sortie de l’année !

 

Galerie Photos de Christophe

 

Vidéo Embarquée de Gilles

sur YouTube

A télécharger ici

 

Dimanche 23 Décembre, le RDV est donné à 8h30 à st Palais, point de départ de bon nombre de raid enduro et trail depuis de nombreuses années. En cette fin d’année, notre « fief local » l’hôtel de la paix est fermé pour congé annuel, pas grave, son voisin nous accueille les bras ouverts.

Son présent ce matin : cricri esprit, Domi Coumes, Jean Louis dumollard, Seb Fournier, Seb Saphores, Fred Luberriaga, Xav Pederencino, Sylvain et Pascal Domenge, Christophe Barit, et Gilles.

Pas beaucoup me direz vous … effectivement !

Mais comme on le dit souvent, les absents ont toujours tort.

 

9h15, la fine équipe s’élance avec comme seul et unique but de passer une bonne journée de moto ensemble comme on ne le fait pas assez.

Mais la journée ne fut  pas bonne, elle fut excellente !

Des les premiers kilomètres et au fur et à mesure que l’altitude augmente, le thermomètre en fait de même en atteignant les 23° un 23 décembre !

Nous empruntons des pistes que nous connaissons bien, mais dont on ne se lasse pas tellement le paysage est magnifique quand les conditions météo sont réunies.

 

12h00 pétante, arrivée au restaurant du col de Gamia, une ou deux binouze dans le cornet pour enlever la poussière du matin !! suivies d’un déjeuner que nous prendrons en terrasse, au soleil, adouci par un petit air de saison. La table est réputée pour être bonne, encore une fois, on peut vous le confirmer, plateau de charcuterie de choix, magnifique morceaux de veau accompagnés d’une purée de « Vitelotte » qui en laisserons septique plus d’un, moi le premier ! une assiette de desserts copieuse, le tout arrosé d’une cuvé freine tard.

 

14h30, second départ après une hésitation (sieste ou moto ?); ce sera moto pour tout le monde, la boucle de l’après midi nous amène jusqu'à St Jean Pied de Port faire le plein de nos motos, le freine tard du midi fera effet sur certains ! A moins que ce ne soit les feuilles ? mais chuuutt, pas un nom.

 

17h30, retour au point de départ du matin pour partager ensemble la bière de l’amitié …

 

Une formidable journée de moto passée avec une bonne bande de pot mais  avec une petite pointe de déception tout de même, depuis plusieurs années, depuis toujours même, la dernière de l’année, c’était l’occasion de réunir tous les motards du moto club, l’enduro, le trail, le routier, la mobylette ou le scooter, chacun sur son terrain de jeu mais jamais loin l’un de l’autre pour pouvoir ce retrouver autour de la table ou au croisement d’un chemin et d’une route. Cette année, il y aura une semaine d’écart entre nous…  dommage pour l’esprit de groupe  …

 

RDV en 2013 …

 

 

Retour haut de page

EWC French GP at Brignoles (83) – 19 et 21/10/2012

 

2012 : « l’année de la loose ! » disaient certaines personnes au matin du 01 janvier.

Le ton était donné, nous allions devoir composer pendant 12 mois et attendre que ça passe, sans grand espoir de voir quelque chose de surprenant, d’épatant, d’historique.

Ah, oui, peut-être la … fin du monde !?

N’en déplaise aux pessimistes, au sein du moto-club Cap-Sud, nos membres vont de l’avant ! Au point de s’engager dans l’organisation de manifestations locales (pour un énième grandiose Salies Moto Festival) ou, soyons fous, dans l’aide à l’aboutissement du Grand-Prix de France de l’Enduro World Championship (EWC).

 

Les photos ici

 

Notre ami capsudien Philippe H. (du bureau d’étude Soulane) est sur le pied de guerre. Ce motard du dimanche, heureux enduriste, est à son comble lorsque suivant les conseils de la FFM, le moto-club du Var fait appel à lui pour réaliser l’étude d’incidence notée dans le cahier des charges de la FIM en vue de la manche de l’EWC.

Réalisée avec professionnalisme et passion, cette tâche administrative est une formalité pour notre amoureux de la nature. Quelques allées et venues entre Océan et Méditerranée lui permettront de mémoriser la route et de changer de véhicule. Fini le Defender 4x4 tape-cul, place au 4x4 grand confort : LandRover Discovery, s’il vous plait !

 

Dés le mois d’avril, les bases de l’EWC sont posées. Le GP aura lieu à Brignoles (83) les 20 et 21 septembre. Philippo est confiant et songe déjà à une sortie club Cap-Sud. Le courant est bien passé avec les organisateurs et un accès VIP est prévu pour les copains du chargé de l’environnement.

Dans le courant de l’été, les choses se précisent et la sortie club est programmée. Départ envisagé le vendredi matin avec un retour le dimanche dans la nuit.

 

Finalement, ce sera une petite délégation qui accompagnera Philippo ; le Prèz’ Gilou, le Vice-Prèz Seb’S et le Prézent Fredo Lub.

Tous dans le Disco avec une radio qui crache du Hard-rock, direction l’EWC …

L’orage et les pluies diluviennes sont laissés sur Orthez et les environs. Les 700kms qui nous séparent du Mondial sont une rigolade. La bonne humeur et les plaisanteries accompagnent et égayent le trajet. Nous sommes envahis d’un sentiment commun qui se résume à un : « on ne va pas s’ennuyer ! ».

En route, on récupère François un pote à Philippe. Ce chasseur d’orages professionnel (dont la mission est de photographier des éclairs) se joindra à nous jusqu’à devoir partir urgemment samedi en Espagne rejoindre la NASA.

Nous arrivons en plein milieu d’après-midi sur le spot. La barrière se lève pour nous laisser accéder au ‘‘parking organisation’’. On trouve une place au pied du camion de la FIM … Cap-Sud est dans la place !

  

Pas de temps à perdre, on est curieux de tout. A côté du camion de la FIM, il y a celui de la FFM vers lequel se précipite Philippe. Le reste du groupe est captivé par la grande semi-remorque d’AMV, à moins que ce ne soit par les hôtesses !?

Le village du Mondial d’enduro est bien installé. Articulé autour de la zone de départ et du parc-fermé moto, il y a un premier périmètre avec les principaux partenaires (FIM, FFM, AMV, Maxxis, Scorpion, …) puis d’un côté des exposants spécialisés locaux, un pôle restauration rapide et de l’autre côté le parc-pilote où se succèdent les différentes teams de marque (KTM, Gas-Gas, Husqvarna, Husaberg, HM, Kawasaki, Yamaha, Beta, …).

Nous circulons sans encombre d’un secteur à l’autre, le village est calme et étonnement peu fréquenté. Tant mieux, on en profite pour bien repérer les top-pilotes et leur signifier notre présence. Difficile de nous louper : casquette Cap-Sud, tee-shirt Cap-Sud orange, blouson Cap-Sud, … caleçon Cap-Sud Freegun.

Nos fines gâchettes françaises ne paraissent pas stressées. Normal, certains sont déjà titrés (!) La Super-test commence dans moins d’une heure. Je file en coulisse avec Bellino (Champion du Monde Junior 2012) histoire de discuter des ‘‘6 days’’. Car cette année n’a rien de morose pour l’enduro français : Champion des Six-Days dans toutes les catégories Séniors, Juniors et Féminines.

Lulu (Puy) est prête à en découdre. Sociétaire du moto-club du Var, elle a à cœur d’assurer sa sortie devant son public. Pour sa dernière apparition en Mondial la miss veut la victoire. Pareil pour Rodrig Thain, Sébastien Bozzo et Benoit Fortunato qui souhaitent porter au plus haut les couleurs de leurs clubs organisateur et co-organisateurs. Car pour mettre en place ce Grand-prix, les moto-clubs voisins de Cabasse et du Thoronet ont été sollicités.

 

Direction la spéciale qui jouxte le village. Là, une double trace parallèle à parcourir une fois dans chaque couloir. Départ en ligne par deux et gaaazzzz. Le tracé est court (1’38) mais comporte un bon nombre d’obstacles (tronc, buse, whoops, saut, …) que chacun aborde comme il peut. La vitesse de passage des meilleurs impressionne autant que leur motivation à vouloir faire plaisir au public.

A l’issu, les motos sont remises au parc fermé. 105 exactement. Pas énorme pour une finale de mondial mais que de la machine de compétition à 45000€ le morceau.

Les pilotes se prêtent allégrement au jeu des questions/réponses des journalistes et sont hyper accessibles pour le public. Pela (Pierre-Alexandre Renet) s’est rassuré en assurant un bon temps. De bon augure pour celui des frenchies qui court après le titre en E2. Mathias Bellino a envoyé grave dans cette spéciale. Il veut faire le show et régaler les spectateurs m’a t’il avoué fièrement. Antoine Méo est LA star. Attendu de tous, il est exceptionnel. Du gros gaz, du gros cœur du gros pilotage et un petit … chrono. Christophe Nambotin représente la force tranquille. Un pilotage coulé et précis qui le place au plus haut du tableau.

Le weekend s’annonce chaud entre les banderoles.

 

Le temps venteux et le ciel changeant font craindre quelques averses orageuses ; de quoi réjouir François. Pour ce vendredi, tout le monde est à l’abri. Les pilotes s’attablent de bonne heure autour de plats de pâtes. Nous terminons notre tournée des auvents de teams lorsque nous croisons la route de Parisiens. Ceux-ci ne sont pas comme les autres car ils font de l’enduro et que je les connais pour avoir roulé en Ligue Ile-de-France. Nous décidons de refaire le monde sur une spéciale ‘‘comptoir’’ connue et reconnue. Le club des boulistes de Brignoles s’occupe de donner les départs. Pression …

Après plusieurs passages, il est temps d’honorer notre Pass VIP. Eric Michel, le Prez local, nous a invités à partager le repas avec les organisateurs et les Officiels. Pas le temps de se remettre des spéciales que l’on vient de s’envoyer. On débarque tel quel, no comment! Gilou s’entiche auprès des cols blancs de la FFM et bleus de la FIM, épaulé par notre ami Jean-Pierre Ipuy (Directeur de course). Frédo et Philippo flirtent avec les promoteurs Blanchard et Miroir. Pour ma part, j’aide François dans sa quête et lui trouve un éclair … au chocolat. Après le chili con carne – frites, nous décidons de faire un tour dans Brignoles. Accueillir un Mondial ; c’est l’occasion de faire la fête.

Que nenni ! Un seul bar d’ouvert. Mais pas n’importe lequel. Celui de Lulu ‘‘le Provence’’ qui habituellement ferme à 20H00. Sauf que là, il est 23H00 et Lulu est pris en otage par des enduristes auvergnats. Il faudra attendre 01H15 pour que les forces de l’ordre rappliquent et le sortent de ce mauvais pas. Cap-Sud a pris ses marques !

 

Après une courte nuit au ‘‘B&B hôtel’’ il est l’heure de récupérer notre Pass ambulant pour le weekend ; Gregoire le fils du Prez qui circule en béquilles. Nous partons sur les spéciales Extrême et Cross-test qui sont au même endroit. Le Discovery équipé du minot varois se rapproche au pied des banderoles. Pas trop quand même car les commissaires de piste ne plaisantent pas avec la sécurité. Appareil photo en main, Philippo se régale et grenouille au gré des prises de vue.

Les pilotes sont toujours aussi impressionnants. Johnny Aubert survolté, Seb Guillaume enflammé, Planet, Tarroux, Dufrêne et les autres tricolores sont à bloc.

Le site est formidable. D’un côté de la route principale l’extrême-test avec un dénivelé de fou. De l’autre côté, la cross-test dans une carrière désaffectée. Difficile de vous commenter l’intégralité des passages. En résumé, les français sont devant et les autres suivent comme ils le peuvent. Ce samedi le public est clairsemé. On se sent en famille et nous croisons régulièrement les Parisiens et les Auvergnats de la veille. Les filles d’AMV nous côtoient sans arrière pensée sauf peut-être celle de renouveler un contrat d’assurance. Il en faudra plus pour nous distraire.

Le paddock d’assistance aux pilotes est à proximité et accessible pour le public. Une sérénité déconcertante y règne. Alors que sur nos épreuves de Ligue cela s’agite, cela crie, et cela se prend pour des champions, ici, tout est rodé, tout se passe dans le calme, tout roule.

Un petit air de kermesse s’est installé dans le secteur. Le point de restauration ne désemplit pas. Dans le sud-est les moutons ne font pas de vieux os, des tonnes de kebbab sont vendues par le prestataire de service. Pour le Mondial, le MC du Var s’est concentré sur la préparation des spéciales et du tracé en général. Les ‘‘à côtés’’ (restauration, sécurité, boissons, accueil, …) ont été confiés à des professionnels ou à des organismes indépendants.

Cette belle journée du samedi nous conduit naturellement au podium d’arrivée.

Les pilotes sont passés par la case changement de pneus avant de remiser les brêles au parc fermé. La population dans le village s’est densifiée. Ça commence à ressembler à un mondial. Les groupes de fans débaroulent en cherchant leur pilote-support. Les aficionados hispaniques acclament leurs numéros 1 ; Laia Sanz et Christobal Guerero. Mais ceux qui font la vedette de ce premier jour, ce sont les français. Pas moins de cinq ‘‘Marseillaise’’ retentissent pour asseoir la suprématie de notre Nation dans le monde de l’enduro. Ce bel hymne sur lequel Ludivine Puy n’hésite pas à s’époumoner et à faire chanter la foule qui est amassée autour de l’estrade ; un grand moment, un bel exemple.

Méo, Aubert, Nambotin, Bellino, et Puy débouchent le champagne !

L’équipe Cap-Sud poursuit son intrusion dans ce mondial avec, en cette fin de journée, l’œil de l’organisateur. Le Prez’ se prête à rêver d’une telle manifestation à Salies-de-Béarn et décortique avec minutie l’épreuve varoise. Pas question de se louper en 2016 ! Renforcé par les coups d’obturateur du Nikon de Philippo, aucun détail ne nous échappe. La seule difficulté que nous relevons se réduit à l’endroit où nous pourrions organiser le match de moto-ball. Des furieux qui se livrent bataille sans se soucier de leur destrier et du terrain sur lequel ils évoluent. Ne chercher pas les tactiques de jeu ; c’est du style bourrin.

Les top-pilotes se sont changés et ‘‘ABC communication’’ leur installe une zone pour qu’ils signent des autographes. L’occasion de récupérer un souvenir de ce weekend et la gribouille des meilleurs. Tout le monde se presse et la cohue est générale. A tour de rôle les sportifs se prêtent joyeusement au jeu. En bout de rang, un ultime pilote est sollicité par un jeune public … je vous laisse deviner de qui il s’agit ? Le VI.P du Cap-Sud MC !!!

Pour clore ce samedi, nous regagnons le centre ville pour nous restaurer à ‘‘l’Univers’’. Cette cantine qui jouxte le troquet de Lulu où nous attend Valérie la plus grande serveuse de Brignoles (si j’ai bien compris !). On se régale autour d’une bonne assiette avec comme voisins le groupe de 15 auvergnats et une tablée de biterrois. On ne l’a pas fait exprès, c’était le seul resto ouvert sur cette commune de 18000 habitants. Le patron ne s’est pas trompé sur la clientèle. En fin de repas il nous sort une vielle gnole aveyronnaise digne d’un débouche chiotte. L’ambiance atteint son comble quand la ‘‘Marseillaise’’ est entonnée sur la place de la ville, que les gendarmes se font huer (et passent leur chemin), que … restons discrets sur le reste à Cap-Sud on sait se tenir !

 

Lulu et Jessica nous épient d’un œil inquiet et font mine de fermer la boutique. Mais nous avons un allier agrippé au comptoir ; Daniel et son ballon de rouge. Le temps de rectifier le stock de binouzes et de retourner ‘‘l’Univers’’ puis on prend d’assaut ‘‘le Provence’’. Trop contents (ou presque) d’être séquestrés, Lulu et Jess n’en peuvent plus de voir l’horloge dont les aiguilles s’affolent. Il est tard, les discussions avec nos amis motards commencent à ressembler au sketch sur la palombière ; il est temps de rentrer.

Au ‘‘B&B hôtel’’  les guerriers de Béziers ont sale mine ; la carrosserie en a pris un coup. En toute logique on ne les voit pas au petit déjeuner quelques heures plus tard !

 

Poches sous les yeux, teints pâlichons et traits tirés, nous filons récupérer le jeune pilote 50cm3 du Championnat de France dont le pied souffre encore. Comme le samedi, il nous permet de passer au-delà des limites du public.

Surprise de taille : son père est à la Gendarmerie ! Trois motos ont été volées dans la nuit. Thain, Seistola et Santolino restent coi avec leur carton de pointage dans le parc fermé. Décision immédiate de la FIM : le classement final E1 étant joué, la journée ne comptera pas. Dommage pour Rodrig qui voulait s’offrir un podium à domicile.

Ce dimanche ressemble sensiblement au samedi. La différence tient à deux détails.

D’abord Antoine Méo est titré, la journée E1 est blanche, il veut faire plaisir au public donc se lâche. A tel point que sur la cross-test il nous gratifie d’une figure involontaire l’amenant à quitter la piste et repartir de plus belle. Un sacré numéro !  En professionnel, il ne perd pas de vue son objectif de la journée : taxer Nambotin au scratch. Il y arrivera au prix d’un roulage en force entre les rubalises.

Et puis Pela qui assure tout au long de l’épreuve et se retrouve, à l’arrivée, auréolé de la couronne de Champion de Monde E2.

Philippo de son côté ne lâche rien et surtout pas son appareil photo. On se porte à la spéciale enduro-test pour voir l’évolution du terrain. Elle se déroule en ligne dans le lit d’un ruisseau asséché. Le départ est bien marqué par un trou qui sera comblé à la première crue venue (NDLR : C’est sans compter sur la terrible inondation survenue une semaine plus tard qui fit écrouler le mur de l’école en surplomb !).

 

En fin de journée, le village regorge de spectateurs. Les mêmes qui se trouvaient un peu plus tôt dans les spéciales à repousser les banderoles de sécurité pour héler leur pilote favori. Tous attendent de voir fleurir leurs idoles pour la remise des prix et récompenses. Sans impatience nous profitons de l’occasion pour faire le point du weekend avec Jean-Pierre Ipuy. L’Officiel de la FFM/FIM nous confie avoir vécu une manche parfaite. En grande partie liée à la ferveur des organisateurs, au fair-play des compétiteurs et à la bonne mentalité du public. Il en profite pour assurer à notre Prez’ que Cap-Sud peut faire aussi bien, si ce n’est mieux, dans quatre ans.

 

Pour 2012, le bilan est moins catastrophique que le laisser présager les mauvais prédicateurs. 4 couronnes de Champion du Monde et 3 couronnes de Champion du Monde par équipe pour la France: un hold-up ? Non. Le pays recèle les meilleurs enduristes de la planète. Ce moment historique vient en suivant des records de Baumgartner (chute libre depuis l’espace) et du neuvième sacre de Sebastien Loeb.

Au bilan, 2012 rime d’avantage avec perlouze (cf : argot du mot perle ; bijou), une année riche en événements d’exception avant l’apocalypse de décembre.

En 2016, certains vous diront que c’est l’année de la baise ! Le temps le dira …

 

Un grand remerciement à Philippe H. grâce à qui nous aurons vécu une sortie club formidable. Bravo à l’ensemble des protagonistes du weekend qui ont alimenté notre enthousiasme et fait de ce séjour un pur moment de bonheur.

 

Seb’S

Les photos ici

 

Retour haut de page

Un Cap-Sudien diplômé en animation et formation moto  –Avril 2012

 

Depuis toujours l’un des objectifs du moto-club Cap-Sud est de favoriser l’accès à la pratique du deux roues motorisé en tenant compte des éléments primordiaux liés à l’optimisation de son utilisation.

C’est dans cette optique d’apprentissage des fondamentaux que le moto-club Cap-Sud a mis en place dés le premier Salies Moto Festival un atelier de découverte et d’initiation à la moto. Destinée aux enfants, cette animation a prouvé et prouve encore le besoin de donner aux plus jeunes un enseignement de base dans un cadre adapté.

Les adultes ne sont pas oubliés. Un stage de maniabilité (avec l’aide de la Prévention Routière) est organisé pour permettre une remise à niveau des pratiquants de la moto de route, des journées ‘‘perfectionnement à la conduite moto’’ sont proposées aux sportifs et utilisateurs de tout-terrain.

La création d’une structure éducative moto apparaît comme une nécessité. La phase de recherche et d’aménagement d’un site de pratique est en bonne voie en liaison avec la commune de Salies-de-Béarn. L’aspect formation dévolu à notre moto-club est bien avancé par le biais du Brevet d’Etat Damien Collard.

L’implication de Cap-Sud dans les activités locales lui permette de se mettre en avant lors des ‘‘Forum des associations’’ et ‘‘Journée des Sports’’. L’occasion pour certains de ses membres de découvrir des prédispositions à l’enseignement et la prise en compte d’un groupe.

 

C’est au travers de ces multiples animations d’approche de la moto que le Vice-président du moto-club Cap-Sud, que je suis, a eu une révélation ! Et si je dispensais mon petit savoir et mes quelques connaissances ? Et si je faisais profiter les autres des conseils que je n’ai pas eus ? Et si je transmettais mon expérience de la moto ?

 

Saison1 - Episode1

Renseignements pris auprès de la FFM, je m’inscris sur une session de formation au Brevet Fédéral d’Animateur (BFA) qui débute en octobre 2011.

Cette qualification permet à titre bénévole :

-          d’animer des séances d’initiation et découverte avec des machines d’une puissance < à 7cv, avec embrayage automatique.

-          l’encadrement de rencontres d’approche sportive.

-          le co-encadrement d’activités éducatives sous la tutelle d’un Brevet d’Etat (BEES).

Pour arriver à obtenir le diplôme, le cursus est le suivant :

1 semaine de cours à St-Férréol (31) auprès du moto-club du lac avec comme instructeur Pascal Finot (entraineur-adjoint de l’équipe de France de Motocross).

20 heures de stage en situation avec Damien Collard (entraineur de l’équipe d’Aquitaine d’enduro).

Et voilà … j’ai mis le doigt dans l’engrenage de la formation ‘‘Made in FFM’’ !!!

 

Suprises lors du premier jour de formation.

Nous apprenons que pour la première fois, la session de formation regroupera les jeunes bénévoles que nous sommes avec des sportifs de haut niveau (SHN). En effet, le Brevet d’Etat d’Educateur Sportif (BEES) option motocyclisme est en voie d’extinction. Il ne reste que cette année aux SHN pour valider leurs acquis et aux autres (titulaires du tronc commun) pour tenter un rattrapage des épreuves spécifiques motos loupées.

C’est ainsi que de bon matin, j’ai vu débarquer Sébastien «Dyno» TORTELLI !!!

Vous raconter la semaine serait trop long … je vous laisse découvrir l’album photo.

 

Saison1 – Episode2

Je ne pouvais pas en rester là. Pas après avoir vécu une semaine avec notre World Champ’.

Novembre 2011, je recontacte la FFM pour participer à la formation du Brevet Fédéral de Moniteur (BFM). Les places sont chères car les candidats en échec l’an passé sont nombreux et des sièges sont pris pour favoriser l’accès aux SHN. Notre Président d’Honneur, Gérard Brondy, titulaire du BFA ne sait pas encore ce qu’il va louper.

Bien sûr, nous sommes toujours sous le coup d’une qualification pour un exercice à titre bénévole, dont les prérogatives sont identiques à celle d’un BFA. Avec en sus :

-          l’encadrement de séances éducatives avec des machines < à 34cv.

-          la validation de tous les Guidons (bronze, argent, or) et du CASM avec habilitation régionale

-          le co-encadrement des activités éducatives sous la tutelle d’un BEES pour les machines > 34cv.

Seulement, le programme est plus costaud :

1 semaine de formation pédagogique. Méthodologie de construction d’une séance.

1 semaine de formation technique. Approche transversale des disciplines (quad, TT, vitesse et trial).

20 heures de stage en situation.

Du sérieux, du très très sérieux …

Sauf, quand parmi les élèves vous vous retrouvés aux côtés de Luigi SEGUY !!! Non, je ne vous raconterai pas la semaine. Allez plutôt demander aux autres ce qu’ils en ont pensé ? A qui ? Voyez avec Mathias Bellino, Alex Plancassagne, Steve Bernard, Stéphanie Buisson, … ou Gautier PAULIN. Moi, je ne vous dirai rien !

 

Saison2 – Episode1

Après le lavage de cerveau des semaines passées, je prends conscience de la chance que j’ai de côtoyer ces top-pilotes. Rumeur de paddock d’après Motocross-des-Nations (MXDN), régal des pupilles de les voir évoluer sur leur moto en live, ambiance de franche camaraderie, coup de jeune assuré à leur côté, … Bref ! Faut que l’aventure continue !

Je me dépêche de m’inscrire sur les sessions suivantes car le BEES est mort pour moi, mais j’aurai une possibilité en tant que cobaye sur le nouveau cursus de formation.

Terminé les études pour du bénévolat, je suis aux portes d’une Certification de Qualification Professionnelle.

L’aventure n’est plus la même. Le scénario impose l’engagement de fonds propres et une motivation démesurée.

Pour les SHN, le script est déjà écrit. Il  suffit de lire l’article paru dans Moto-Verte. On se retrouvera sur quelques semaines communes (juridique, pédagogique et technique) mais la saison 2012 approchant à grands pas, les cadors opteront pour une attitude plus sérieuse. A moins que le stress lié à l’enjeu de BEES ne devienne grandissant ?

Juste pour vous donnez un aperçu des épisodes suivants, voilà ce qui m’attend :

4 semaines de descriptif et d’analyse des fondamentaux trial, TT, quad et vitesse.

1 semaine de mécanique (descriptif, fonctionnement, réglementation).

1 semaine de juridique (environnement institutionnel, gestion, organisation d’événement, …).

1 semaine sécurité, fonctionnement d’une randonnée.

1 semaine de respect de l’environnement naturel.

70 heures de stage pratique chez un professionnel.

1 week-end de formation approche ‘‘vitesse’’.

Au final, je rejoindrai cette corporation de professionnels de la moto habilités pour encadrer des formations d’éducation et d’initiation, pour encadrer des randonnées de véhicule terrestre à moteur et guidon (moto, quad, scooter des neiges).

 

Je tiens à remercier le moto-club Cap-Sud qui a avancé les fonds nécessaires à mes formations de bénévole BFA et BFM. Grâce au dossier de subvention déposé auprès du Conseil Général des Pyrénées-Atlantiques le moto-club pourra s’enorgueillir d’avoir favorisé l’accès à la formation d’éducateur sportif. Une pièce de plus est à porter vers le succès de la création d’un site dédié à l’apprentissage du pilotage d’une moto.

A ce jour, je suis titulaire des 2 diplômes (Animateur et Moniteur) et je dédie ce résultat à Gérard Brondy qui a su me mettre le pied sur le cale-pied. J’ai tiré profit des enseignements qu’il m’a inculqués lors de sa présidence à la tête du club et je le remercie.

 

Souhaitons que les pilotes de renom qu’il m’a été donné de croiser lors des différentes formations répondent présent pour l’inauguration future de notre complexe dédié à la pratique de la moto.

 

Seb’S

 

Depuis toujours l’un des objectifs du moto-club Cap-Sud est de favoriser l’accès à la pratique du deux roues motorisé en tenant compte des éléments primordiaux liés à l’optimisation de son utilisation.

C’est dans cette optique d’apprentissage des fondamentaux que le moto-club Cap-Sud a mis en place dés le premier Salies Moto Festival un atelier de découverte et d’initiation à la moto. Destinée aux enfants, cette animation a prouvé et prouve encore le besoin de donner aux plus jeunes un enseignement de base dans un cadre adapté.

Les adultes ne sont pas oubliés. Un stage de maniabilité (avec l’aide de la Prévention Routière) est organisé pour permettre une remise à niveau des pratiquants de la moto de route, des journées ‘‘perfectionnement à la conduite moto’’ sont proposées aux sportifs et utilisateurs de tout-terrain.

La création d’une structure éducative moto apparaît comme une nécessité. La phase de recherche et d’aménagement d’un site de pratique est en bonne voie en liaison avec la commune de Salies-de-Béarn. L’aspect formation dévolu à notre moto-club est bien avancé par le biais du Brevet d’Etat Damien Collard.

L’implication de Cap-Sud dans les activités locales lui permette de se mettre en avant lors des ‘‘Forum des associations’’ et ‘‘Journée des Sports’’. L’occasion pour certains de ses membres de découvrir des prédispositions à l’enseignement et la prise en compte d’un groupe.

 

C’est au travers de ces multiples animations d’approche de la moto que le Vice-président du moto-club Cap-Sud, que je suis, a eu une révélation ! Et si je dispensais mon petit savoir et mes quelques connaissances ? Et si je faisais profiter les autres des conseils que je n’ai pas eus ? Et si je transmettais mon expérience de la moto ?

 

Saison1 - Episode1

Renseignements pris auprès de la FFM, je m’inscris sur une session de formation au Brevet Fédéral d’Animateur (BFA) qui débute en octobre 2011.

Cette qualification permet à titre bénévole :

-          d’animer des séances d’initiation et découverte avec des machines d’une puissance < à 7cv, avec embrayage automatique.

-          l’encadrement de rencontres d’approche sportive.

-          le co-encadrement d’activités éducatives sous la tutelle d’un Brevet d’Etat (BEES).

Pour arriver à obtenir le diplôme, le cursus est le suivant :

1 semaine de cours à St-Férréol (31) auprès du moto-club du lac avec comme instructeur Pascal Finot (entraineur-adjoint de l’équipe de France de Motocross).

20 heures de stage en situation avec Damien Collard (entraineur de l’équipe d’Aquitaine d’enduro).

Et voilà … j’ai mis le doigt dans l’engrenage de la formation ‘‘Made in FFM’’ !!!

 

Suprises lors du premier jour de formation.

Nous apprenons que pour la première fois, la session de formation regroupera les jeunes bénévoles que nous sommes avec des sportifs de haut niveau (SHN). En effet, le Brevet d’Etat d’Educateur Sportif (BEES) option motocyclisme est en voie d’extinction. Il ne reste que cette année aux SHN pour valider leurs acquis et aux autres (titulaires du tronc commun) pour tenter un rattrapage des épreuves spécifiques motos loupées.

C’est ainsi que de bon matin, j’ai vu débarquer Sébastien «Dyno» TORTELLI !!!

Vous raconter la semaine serait trop long … je vous laisse découvrir l’album photo.

 

Saison1 – Episode2

Je ne pouvais pas en rester là. Pas après avoir vécu une semaine avec notre World Champ’.

Novembre 2011, je recontacte la FFM pour participer à la formation du Brevet Fédéral de Moniteur (BFM). Les places sont chères car les candidats en échec l’an passé sont nombreux et des sièges sont pris pour favoriser l’accès aux SHN. Notre Président d’Honneur, Gérard Brondy, titulaire du BFA ne sait pas encore ce qu’il va louper.

Bien sûr, nous sommes toujours sous le coup d’une qualification pour un exercice à titre bénévole, dont les prérogatives sont identiques à celle d’un BFA. Avec en sus :

-          l’encadrement de séances éducatives avec des machines < à 34cv.

-          la validation de tous les Guidons (bronze, argent, or) et du CASM avec habilitation régionale

-          le co-encadrement des activités éducatives sous la tutelle d’un BEES pour les machines > 34cv.

Seulement, le programme est plus costaud :

1 semaine de formation pédagogique. Méthodologie de construction d’une séance.

1 semaine de formation technique. Approche transversale des disciplines (quad, TT, vitesse et trial).

20 heures de stage en situation.

Du sérieux, du très très sérieux …

Sauf, quand parmi les élèves vous vous retrouvés aux côtés de Luigi SEGUY !!! Non, je ne vous raconterai pas la semaine. Allez plutôt demander aux autres ce qu’ils en ont pensé ? A qui ? Voyez avec Mathias Bellino, Alex Plancassagne, Steve Bernard, Stéphanie Buisson, … ou Gautier PAULIN. Moi, je ne vous dirai rien !

 

Saison2 – Episode1

Après le lavage de cerveau des semaines passées, je prends conscience de la chance que j’ai de côtoyer ces top-pilotes. Rumeur de paddock d’après Motocross-des-Nations (MXDN), régal des pupilles de les voir évoluer sur leur moto en live, ambiance de franche camaraderie, coup de jeune assuré à leur côté, … Bref ! Faut que l’aventure continue !

Je me dépêche de m’inscrire sur les sessions suivantes car le BEES est mort pour moi, mais j’aurai une possibilité en tant que cobaye sur le nouveau cursus de formation.

Terminé les études pour du bénévolat, je suis aux portes d’une Certification de Qualification Professionnelle.

L’aventure n’est plus la même. Le scénario impose l’engagement de fonds propres et une motivation démesurée.

Pour les SHN, le script est déjà écrit. Il  suffit de lire l’article paru dans Moto-Verte. On se retrouvera sur quelques semaines communes (juridique, pédagogique et technique) mais la saison 2012 approchant à grands pas, les cadors opteront pour une attitude plus sérieuse. A moins que le stress lié à l’enjeu de BEES ne devienne grandissant ?

Juste pour vous donnez un aperçu des épisodes suivants, voilà ce qui m’attend :

4 semaines de descriptif et d’analyse des fondamentaux trial, TT, quad et vitesse.

1 semaine de mécanique (descriptif, fonctionnement, réglementation).

1 semaine de juridique (environnement institutionnel, gestion, organisation d’événement, …).

1 semaine sécurité, fonctionnement d’une randonnée.

1 semaine de respect de l’environnement naturel.

70 heures de stage pratique chez un professionnel.

1 week-end de formation approche ‘‘vitesse’’.

Au final, je rejoindrai cette corporation de professionnels de la moto habilités pour encadrer des formations d’éducation et d’initiation, pour encadrer des randonnées de véhicule terrestre à moteur et guidon (moto, quad, scooter des neiges).

 

Je tiens à remercier le moto-club Cap-Sud qui a avancé les fonds nécessaires à mes formations de bénévole BFA et BFM. Grâce au dossier de subvention déposé auprès du Conseil Général des Pyrénées-Atlantiques le moto-club pourra s’enorgueillir d’avoir favorisé l’accès à la formation d’éducateur sportif. Une pièce de plus est à porter vers le succès de la création d’un site dédié à l’apprentissage du pilotage d’une moto.

A ce jour, je suis titulaire des 2 diplômes (Animateur et Moniteur) et je dédie ce résultat à Gérard Brondy qui a su me mettre le pied sur le cale-pied. J’ai tiré profit des enseignements qu’il m’a inculqués lors de sa présidence à la tête du club et je le remercie.

 

Souhaitons que les pilotes de renom qu’il m’a été donné de croiser lors des différentes formations répondent présent pour l’inauguration future de notre complexe dédié à la pratique de la moto.

 

Seb’S

Retour haut de page

Essais de la yamaha 450 WRF 2012. Dimanche 12 Mai 2012

 

A Cap Sud, on n'a peur de rien, et surtout pas d'organiser des choses au dernier moment, surtout quand c'est pour un de nos partenaires principal.

 

Jeudi soir, j'apprend que OMB notre concessionnaire Yamaha à Orthez souhaite organiser sur le terrain éducation du moto club Cap-Sud, un après-midi d'essais de la nouvelle 450 WRF 2012.

-Oui d'accord, mais quand?

-Eh bien dimanche âpres midi !!

-Ah !! bein ok on fonce !!!

 

Eux s'occupent d'inviter leurs clients, nous on s'occupe de tracer une petite spéciale technique suivie d'une partie plus tranquille afin de mettre la moto dans toutes les situations possibles.

Damien Collard (génération 2 roues) et son expérience en la matière feront un miracle, dimanche matin, la spéciale est tracée, y a plus qu'à rouler ...

 

A 13h30, je serai le premier sur place, pressé d'essayer cette moto entièrement nouvelle dont la presse ne dit que du bien.

Cadre de 250 yz, moteur revu, injection, une belle ligne  ....  ca donne envie !


Après quelques tour de roues, les impressions sont plutôt bonnes, la moto est saine, souple, confortable, maniable et son moteur accepte de descendre très bas, comme de monter très très haut (c'est bien un 450) mais avec souplesse.

Les essais se succèdent, le 250yz est également à l'essai, et la 450 wrf de Willy Rouyet est également là. Celui ci n'hésitera pas la faire essayer, une moto faite pour la compétition avec une prépa au petit oignons, surtout les suspensions préparées par Bud Racing qui m'ont vraiment plu.

Pour la moto stock, tout le monde est d'accord pour dire qu'il s'agit d'une très bonne moto, avec un moteur fiable qui a fait ses preuves, dans une partie cycle de 250, un vrai vélo entre les arbres.

Bref, une moto à essayer et à adopter ...

gilles

Retour haut de page

La Petian;  Dimanche 12 Mai 2012

Comme chaque année, le moto club Cap Sud a donner un petit coup de mains à une belle association Salisienne qu'est "la Petian".

La Petian c'est quoi ? c'est une association qui vient en aide aux malades atteint de leucémie, hospitalisés dans les services d'hématologie des hôpitaux, en leurs apportant un peu de distraction par l'achat de matériel vidéo ou tout autres outils pouvant leurs faire oublier l'espace d'un temps le poids de la maladie et les traitements lourds !!!!......   http://assopetian64.e-monsite.com/


Tout les ans, une journée animation est consacrée à récolter des fonds par le biais de plusieurs randonnées, VTT, marche, course a pieds et velo sur route.

Notre petite contribution se résume à flécher le parcours VTT que nous connaissons bien pour y poser nos roues régulièrement, et à encadrer la randonnée le jour J. Rien de bien compliqué donc, et en plus je peux vous dire que l'ambiance y est excellente et remplie de bonne humeur.


Cette année, ce sont pas moins de 370 personnes qui étaient au rendez vous, sous une légère pluie matinale qui aura vite laissé la place à un chaud et magnifique soleil.

Un grand merci aux membres du moto club qui était présents, denis, fred lub, bibi junqua, alain léonard, vincent persillon, gérard, eric moelinger et moi même.

Les photos sur le site de la Petian.


Gilles

Retour haut de page

Essais de la gamme BMW Motorrad – 24 et 25/03/2012

 

L’an dernier, le concessionnaire BMW des Pyrénées-Atlantiques a trouvé auprès du moto-club Cap-Sud le partenaire idéal pour l’aider dans l’organisation des essais de la gamme  moto BMW. Cette année, Olivier Berjot le boss de ‘‘Béarn-Motos’’ à Pau et ‘‘Attitude 64’’ à Bayonne nous a de nouveau sollicité.

Inutile de vous dire avec quel enthousiasme nous avons répondu à son attente !

 

L’objectif premier étant de rapatrier les motos sur le site d’accueil, c’est une petite armée de Capsudiens, pourvus de leur permis ‘‘gros cubes’’, qui a œuvré dès le vendredi soir. Une mécanique bien huilée, avec un timing et un planning réglés de main de maître par sa suprématie Gégé, notre Président d’Honneur.

De Pau et de Bayonne l’ensemble des motos et motards ont convergé vers le Château de Bellocq, lieu inscrit dans les mémoires. C’est en suivant le fléchage à l’hélice bleue et blanche que l’on se retrouvait dans cette bastide médiévale du Béarn. Elle fut construite fin du XIIIème siècle, en surplomb du gave de Pau, à la demande de Gaston VII de Béarn pour y accueillir une forte garnison.

 

Plusieurs siècles après, Bellocq recevait une nouvelle troupe. Les Capsudiens et les Généraux de chez BMW-64 investissaient les lieux. L’intégralité des destriers d’origine allemande : G650GS, F800R, K1200LT, S1000RR, F800GS, R1200Adventure, K1600RT, R1300R, … étaient exposés. Le siège était bien tenu !

Le samedi et le dimanche, un accueil chaleureux fut réservé aux invités et autres curieux qui souhaitaient découvrir les teutonnes. Mais pas seulement, car cette année une suédoise s’invitait à la fête : la Husqvarna 900 Nuda !

‘‘Do not touch’’ (ne pas toucher) est l’inscription que l’on peut lire dans les musées d’histoire. A Bellocq, l’histoire nous la vivons ! Les clés sont sur le contact, il suffit de les tourner pour aller arpenter les chemins du canton. Les groupes d’essai se sont formés autour de deux aspirations ; bitume et tout-terrain.

Daniel et ses hommes sont bien rodés au maniement et à l’utilisation des grosses routières et des sportives.

Pour la partie TT (gelände-straße : GS) les membres Cap-Sud s’en chargent. Thierry, Alain, Philippo, Gégé, Arnaud, Cricri et moi-même nous relayons pour accompagner les recrues sur un parcours varié. Agglomération, route nationale, virages, chemin de campagne, … nos ‘‘deux roues’’ gorgées de chevaux se jouent de toutes les situations. Les pilotes sont ravis de leur monture!

 

Dans l’enceinte du château, les langues se délient autour du stand tenu par Nathalie et Yannick. L’occasion de rappeler que le moto-club Cap-Sud propose des raids accessibles aux trails (sans distinction de marque , que certains de nos membres se lanceront en octobre dans un périple jusqu’à Sabou  et qu’une initiation/perfectionnement à la conduite moto est envisageable grâce à Damien notre diplômé d’état.

 

Plus de 150 essais ont été réalisés durant ce weekend ensoleillé. De quoi donner des envies de désertion et trouver la monture idéale pour participer à l’une des virées du moto-club Cap-Sud :

-          ‘‘Raid Transpana’’ du 06 au 12 Mai

-          Rallye route le 24 Juin

-          ‘‘Garmisch-Partenkirshen Tour’’ BMW Motorrad Days du 03 au 11 Juillet

 

Les retardataires devront patienter jusqu’à l’an prochain et observer les remparts du château de Bellocq jusqu’à revoir flotter les bannières BMW.

Une autre solution consiste à contacter Pascal chez ‘‘Béarn-Motos’’ à Pau ou Yohann chez ‘‘Attitude 64’’ à Bayonne.

Seb’S

Retour haut de page

Cap-Sud partenaire de BMW pour les journées d'essais des 24 et 25 Mars

Comme l'an passé au château de Bellocq, Cap-Sud donne un p'tit coup de main à l'équipe d'Olivier pour accompagner les groupes sous le soleil.

 

Retour haut de page

Coup de main à l'écurie des Collines d'Arzacq;  3 et 4 Mars 2012

Traditionnelle ouverture de la saison de Championnat de France de Rallye Auto TT, la 30ème édition du rallye des collines d'Arzacq avait, comme tous les ans, besoins de quelques bénévoles pour fermer les spéciales et rapporter les feuilles de chrono au PC Course. Dominique m'avait déjà accompagné l'an dernier, Christophe est venu compléter la troupe Cap-sudienne et le gang des 400 KTM. Soleil le samedi et pistes cassante avec une véritable hécatombe sur les deux premières spéciales! 20 voitures en moins et 2h de retard... Tout rentrera dans l'ordre dans l'après-midi pour se poursuivre en glissades le dimanche sur des tracés durs et décapés par les voitures et agrémentés des premières giboulées...

Rendez-vous est pris pour l'an prochain.

Retour haut de page

Motoneige nocturne à Barèges. 25 Février 2012

Avec Serge (www.motoneiges-bareges.fr) à la manœuvre, nouvelle rando de plus de 2 heures dans la poudre, les sapins, les hêtres et les grands espaces avec une méga-halte gastronomique au milieu. On ne s'en lasse pas...

 

Le programme de Cap-Sud étant particulièrement chargé et le mois de Février ne disposant pas de 3 ou 4 week-ends supplémentaires, il n'y avait que 4 motos cap-sudiennes dans le cortège de 12 machines qui s'en est donné à cœur-joie dès la nuit tombée sur les pistes de Barèges. Pas trop de néophytes, quelques motards dans l'autre partie du groupe, temps clair, nuit étoilée, vague de froid éloignée, tout est là pour une session bien sympa qui commence par le secteur forestier. Tournaboub, Castillon, Piquette, Lienz, c'est une cathédrale sous la voute des arbres avec un long ruban blanc que l'on quitte parfois pour zigzaguer dans des sentiers. Je ferme la marche et me laisser décrocher pour revenir sur le groupe à un rythme plus soutenu avec quelques glissades et contrebraquage accentués sur les dévers.

 

On laisse passer la dameuse qui travaille au treuil sur une énorme pente, nous croisons des randonneurs à ski et raquettes et arrivons vers 21h à l'arrivée à l'auberge du Lienz où on commence à avoir des habitudes. Les cap-sudiens vont attaquer l'apéro au coin du feu. L'autre groupe retourne à la base, Serge me propose de fermer le petit groupe et le petit Messen Junior, 7 ans et plein d'énergie, ne se fait pas prier pour monter avec moi. Même trajet dans l'autre sens puis retour à l'auberge par le périph extérieur de l'altiport et la voie rapide jusqu'en bas!

 

Repas pantagruélique et redémarrage des motos pour un tour dans la hêtraie, la remontée dans les sapins puis la descente vers la base avant d'attaquer les larges pistes du secteur du Tourmalet. File indienne pour ne pas saccager le travail des dameuses, bon rythme et secteur hors piste dans un secteur vallonné gavé de neige un peu lourde sous les quelques gouttes de pluie qui apparaissent quelques instants. On redescend au point de départ pour terminer à l'Oncet à Barèges avec l'intention de remettre ça avant la fin de la saison.

Philippe H

 

Retour haut de page

Stage enduro du 19 Février 2012; Encore un bon moment entre copains.

 

Galerie de 85 photos ici. Il n'en manque que 3; faudra les demander à Fred!!

 

Seconde galerie avec les photos de Gilles

 

Près de 20 cap-sudiens pour une fin de semaine presque studieuse avec quelques devoirs de vacances au programme! Damien et Seb's en maîtres de conférence, un grand vallon boisé avec des pentes bien velues sous les chênes pour le circuit des cadors et des pins pour le circuit moins hard. Manquait plus que le hamac au soleil de l'après-midi après la bruine intermittente du matin. Et c'est parti, chacun son rythme pour la découverte des pistes, puis la mise en place des ateliers thématiques qui permettent de corriger des années de mauvais réflexes et d'intuitions parfois très aléatoires... Le freinage raté 20 fois deviens une banalité et le tronc d'arbre dans la trajectoire ne me tend plus ses branches accueillantes. Casse-croute concocté par Alain, Xav et Sophie pendant que Gilles veille sur toute sa petite troupe, et on reprend pour l'après midi sous le soleil. Mathieu gagne la médaille de l'obstination avec son slick, Christophe fait du tuning sur le frein arrière, Sophie évite les billes de bois que je lui envoie alors que dans la pente opposée, ils tentent des trucs inimaginables pour moi en fin de journée...! Quelques courbatures mais un large sourire...

Philippe

 

 

Galerie de 85 photos ici (lien désactivé)

 

Retour haut de page

CHAUD ET FROID

Sortie raquettes à Iraty – Dimanche 12 Février 2012-02-20

 

En ce début d’année, il est des traditions que les membres du moto-club CAP-SUD ne manqueraient pour rien au monde. La première sortie trail, le stage enduro, l’enduro Basco-Béarnais, et parmi toutes ces sorties à moto, souvent, une petite journée en famille où pour une fois, il ne s’agira pas simplement du plaisir égoïste du motard solitaire. Pour l’année 2012, ce sera une journée raquette à Iraty préparée par l’ami Stef. Journée où souffleront le chaud et le froid.

 

Galerie Photos de GG ici

 

Voila plusieurs semaines qu’un froid polaire a envahi la France et nos Pyrénées-Atlantiques habituellement si douces n’y ont pas coupé. Une vingtaine de capsudiens se retrouvent donc frigorifiés par -12° au milieu de la station d’Iraty enneigée comme jamais. Chacun y est arrivé tant bien que mal et plutôt mal que bien pour certains dans un taxi déchainé ou plutôt chainé aux mains de notre Prez, ou pour d’autres qui ont laissé le 4x4 au garage pour tenter l’attention avec  la cacahuète automatique de Madame qui finira poussée à la main pour échouer là ! Malgré tout, la fine équipe est rassemblée si ce n’est notre Seb’s qui à cette heure matinale a du mal à mettre les yeux en face des trous et cherche toujours des chaines du côté de Cassaber…

 

Une fois tout le monde équipés de ses bottes de sept lieues,  nous nous dirigeons vers le restaurant d’Iraty pour nous réchauffer avec un petit café mais à défaut de chaud, c’est un coup de froid qui nous attend car le patron débordé par la mise en place de sa salle nous réserve un accueil glacial et nous met tout simplement à la porte. On croit rêver ! Mais on ne va pas se laisser refroidir par ce petit désagrément et nous voilà partis pour une superbe balade à raquettes sur les chemins de la forêt d’Iraty que nous connaissons si bien à force de les parcourir à moto. Mais il faut avouer que découvrir les paysages recouverts d’un épais manteau blanc au rythme d’un sénateur est aussi fort appréciable. La fraicheur de l’accueil laisse place rapidement à quelques gouttes de sueur car une balade à raquettes en montagne, ça se mérite ! La fatigue des enfants est un bon alibi pour que certains choisissent de partir se réfugier au chaud dans le resto après les premiers kilomètres de marche tandis qu’une dizaine de courageux continuent pour une fantastique rando de presque 10 kilomètres. Ca va chauffer sous les bonnets !!!

 

Et c’est peu de le dire car après une dernière montée digne du Shark X-trem, c’est chaud bouillant que nous arrivons enfin aux chalets retrouver le reste de l’équipe histoire de boire une bière bien fraiche. En fait de fraicheur, c’est un véritable coup de froid que nous prenons puisque le restaurateur décidément d’humeur glaciale nous informe qu’il ne nous servira pas car il n’a pas enregistré notre réservation pourtant faite depuis une semaine et confirmée l’avant-veille ! Coup de chaud sur l’équipe CAP-SUD qui fait le siège du bar pour faire entendre ses droit dans une ambiance surchauffée. Pourtant, le patron restera de glace ( !) et il faudra bien se résoudre à quitter les lieux pour le moins refroidis au moment où notre Seb’s apparait enfin…

 

Mais un capsudien a plus d’un tour dans son sac et après avoir passé quelques coups de fils ici ou là, nous trouvons enfin un restaurant à l’accueil plus chaud en pays de Cize et plus précisément à Saint-Michel chez Xoko-Gochoa où les patrons nous réservent un accueil des plus chaleureux. Avant ça, il aura fallu affronter les pentes gelées de la route d’Iraty à Mendive ou les figures sur glace ne manqueront pas. Gilles se prenant pour Loeb ira de sa triple boucle heureusement non piquée malgré un véhicule en sens inverse ; j’apprendrai pour ma part à faire tourner mon 4x4 sans faire tourner les roues ??? C’est beau l’électronique ! Mais nous arriverons tous entiers après presque ¾ d’heure d’exercice de style sur 4 roues. C’est vraiment mieux la moto sauf pour le chauffage !

 

Le temps d’un petit strip-tease au frais sur le parking pour enfiler des tenues moins chaudes et l’heure du rafraichissement est enfin arrivé ! L’ambiance est bien plus chaude qu’au sommet d’Iraty où un petit patron indélicat est resté froid à notre désarroi. Mais cette mésaventure ne nous empêche pas de faire remonter la température à coup de houblon ou de jus de raisin plus ou moins fermenté. L’ambiance est chaude et l’humeur joyeuse pour un super repas dans une ambiance chaleureuse qui prendra ses quartiers de goûter. Décidément pas prêts à se séparer trop vite, nous finirons chez Mappy et Stef pour garder un peu de cette chaleur qui fait de notre moto-club un lieu si bon à vivre.

 

Encore une bien belle journée ou le chaud et le froid auront soufflé mais sans pour autant nous refroidir !

 

Gérard BRONDY

 

Retour haut de page

Roulage Sallespisse, 22 Janvier 2012

 

Salut à tous

Je vous avez donné RDV ce week au circuit de l'endurance pour un moment de convivialité entre nous en alliant plaisir de roulage et planification des travaux pour l'endurance.

Seuls 9 enduristes ont répondus à l'appel mais 7 motos étaient présentes ce matin.

Jean-mich bloqué chez lui pour une séance de mécanique moto (normal vu la marque de sa moto diront certaines mauvaises langues)

Max en panne aussi mais d'oreiller cette fois.

La petite bruine du matin n'a même pas entamé la motivation de notre ouvreur Denis qui a soudainement retrouvé la mémoire des chemins de notre hexagone.

Ce fut l'occasion de faire la connaissance d'une nouvelle recrue Christophe Gareste qui prend contact avec son nouveau club (moto, apéro, apéro, pas moto ....).

"Je pensais pas qu'on ferait autant de Kms !!"

Il lui restera un dés à coudre d'essence à son retour.

Les nuages ont laissés place petit à petit au soleil mais les chemins sont restés glissants et les troncs aussi.

Notre ouvreur et notre prez en feront les frais mais repartirons après une petite séance de colson.

Après 90 Kms nous sommes de retour au hangar du circuit ou nous attend notre cuisto qui connait bien nos faiblesses.

Apéro, garbure, rouge ..........fromage qui pue, rouge et champagne pour arroser la naissance de Clara Chague.

La journée se terminera pas une petite marche sur le circuit et quelques plans pour la future édition de l'endurance.

Merci à tous pour cette virée moto dans la bonne humeur et encore merci à nos accompagnateurs/trices (xav, soph et nath)

A renouveler sans modérations.

Fred Lub'

 

"Tu vois, c'est après le troisième chêne que je t'ai mis minable..."                            Xav et Sophie auteurs de la séance "ravitaillement"

 

Alors là... je cabre pour sortir de l'ornière.... bon tu m'écoutes là? parce que je re-cabre encore pour passer le tronc...

 

Oh toi, le Très Haut, donne moi la force nécessaire pour franchir les ornières, les troncs, le dévers qui tue, et surtout, l'apéro à venir!